nouvelles-des-communautes

 

Bien chers frères et sœurs,
affiche-15-septembre-2018-FR-minLe 15 septembre 2018, le Service Pastoral des Migrations du diocèse de Tournai accueille la journée nationale interculturelle africaine 2018 sous le thème :
« Ensemble fêtons l’interculturel en Wallonie ».
Portée par la Pro Migrantibus Afrika, section de la Commission Episcopale Pro Migrantibus, cette journée ouverte à tous veut offrir un cadre de dialogue, de rencontre et d’échanges interculturels.
Elle aura lieu dans la ville de Charleroi et deux grands moments la meubleront, à savoir : L’Eucharistie interculturelle que présidera notre Evêque, Mgr Guy Harpigny, à la Basilique Saint Christophe de Charleroi à 10h30 et l’après-midi sera consacré à la convivialité autour d’activités culturelles et prestations diverses au Parc Depelsenaire de Charleroi.
Vous qui aimez la musique, la danse, la chorégraphie africaine, vous qui désirez découvrir la plateforme des associations qui ont en charge l’accueil, la santé et l’intégration des migrants, vous qui avez du goût pour le monde artistique, l’occasion vous est offerte de sortir de l’ordinaire et d’expérimenter la richesse de l’interculturel.
Nous vous prions de bien vouloir bloquer la date dans vos agendas et de parler de l’événement autour de vous, car vous êtes tous attendus. Pour plus de détails, veuillez contacter :
  • Abbé Claude Musimar
    GSM. +32 474 38 17 50
    E-Mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
  • Carine NTELA
    GSM. +32 477 56 05 52
    E-Mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Pour le  Service Pastoral des Migrations,
Carine Ntela, AeP

pdfTélécharger l'affiche - pdfTélécharger le programme complet

afrique-grands-lacs-min
 
Entraide et Fraternité, l’EAP de Charleroi, le Service Pastoral des Migrations du diocèse de Tournai, vous invitent à une rencontre exceptionnelle qui est organisée le dimanche 25 février à partir de 15h30, à Charleroi.
En effet, une conférence des évêques permettra de croiser les regards de notre évêque Mgr Harpigny et de Mgr Joachim Ntahondereye.
Ce dernier est l’invité burundais d’Entraide et Fraternité et aura l’honneur de lancer officiellement la campagne du Carême de partage 2018 axée sur l’Afrique des Grands Lacs.
En étant président de la conférence épiscopale du Burundi et en charge du diocèse de Muyinga, Mgr Joachim a une vue d’ensemble du travail de terrain des associations, un regard aguerri sur le contexte socio-politique local et se trouve au cœur de l’Eglise burundaise à la fois militante et solidaire.
Cette conférence aura lieu à la Chapelle des Jésuites (Rue de Montigny, 50 à 6000 Charleroi).
A 19h00, une grande célébration interculturelle aux couleurs africaines se tiendra à la Basilique St-Christophe (Place Charles II à 6000 Charleroi).
Elle sera notamment concélébrée et présidée par les deux évêques. Entre la conférence et la messe, un moment de convivialité est prévu pour poursuivre les échanges.

 

La Journée mondiale du migrant aura désormais lieu le deuxième dimanche de septembre.

Donc, la prochaine JMMR aura lieu le 8 septembre 2019.
pdfEn savoir + sur ZENIT (newletter de janvier 2018)

UNE NOUVELLE PASTORALE AVEC DES MIGRANTS ET DES REFUGIES ou comment se laisser transformer par les autres

Il est extrêmement enrichissant de creuser le contenu des différents cultures et comment des personnes venant des quatre coins du monde et vivant ensemble sur un même territoire avec des résidants de longe date, expriment ce qui leur est cher par exemple autour des questions comme : la naissance, éduquer, deuil et mort, solidarité familiale ; ou de s’échanger sur : comment apprécions-nous les expressions de foi de chacun de nous, notre désir du bien-être, ce que nous pouvons partager et comment la vie de l’autre peut élargir mes convictions.
Martine Morancais, collaboratrice dans l’équipe de la ‘Pastorale de la Migration de France’ accompagnera la journée d’étude à partir de ses expériences sur le terrain. Allocution de Mgr. Luk Van Looy, évêque de Gent, président de Caritas et évêque référendaire pour la migration en Belgique.
Jeudi 18 janvier 2018, début 12.00 h > 16.30 h Avenue de la Renaissance 40, 1000 Bruxelles
(Metro Merode – Parking gratuit : Parvis du Cinquantenaire) participation gratuite
Inscription nécessaire : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Mark Butaye o.p.
alg.secretaris Pro migrantibus secr.général
pdfTélécharger le document
reveillon-tournai-min
La pastorale des migrants a organisé un réveillon de nouvel an en vue de permettre à ceux qui seraient seuls ce jour de retrouver une communauté accueillante et vivante. Vingt personnes avaient répondu à notre invitation. Commencé à 20h00 le réveillon s'est terminé à 3h20. La joie et la bonne humeur étaient au rendez-vous.

 

Chers frères et soeurs,
Chers amis,

honore-ntela-sepia-minLe mercredi 13 décembre dernier, il a plu au Seigneur de rappeler mon Papa en sa demeure éternelle.

Mort survenue à Bandundu-Ville/RDC des suites d'un AVC.
En communion avec ma famille en RDV qui inhumera Papa ce mercredi 20 décembre, le programme ici en Belgique se présente comme suit : 

Vendredi 22/12/17

  • 19h30 : Veillée de prière
  • 20h00 : Messe à l'église St Joseph de Fleurus / Vieux Campinaire
  • 21h30 : Temps de consolation et de convivialité dans la salle de la Maison Africaine
Adresse : 124, Chaussée de Gilly à 6220 FLEURUS.
Votre présence, vos messages, vos gestes me touchent profondément, je vous en remercie.

CE MESSAGE TIENT LIEU DE FAIRE-PART.

"Serviteur bon et fidèle, tu as été pour peu de choses, je t'en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître" Mt 25

Bien cordialement,
Carine NTELA

Le Service pastoral des migrations du diocèse a organisé une journée de formation, de réflexion et d'échanges ce 28 novembre à Mesvin. Afin de mieux comprendre les vagues migratoires, de repousser les préjugés et de donner aux Unités pastorales des balises qui les accompagneront dans leur démarche d'accueil et d'ouverture.

DSC 0003

Une salle pleine à craquer (il a fallu rajouter des chaises dans l'allée centrale en cours de matinée), des intervenants passionnés et passionnants, une vraie curiosité chez la petite centaine de participants : la journée « Une Église mobilisée avec et pour les migrants », riche en informations, en convictions ou en questions, a été une réussite totale. Et une initiative bien nécessaire, car le chemin vers plus de partage et de compréhension mutuelle reste long, difficile, pavé de résistances.
« Cela va prendre du temps », reconnaissait Mgr Guy Harpigny, qui a pris part à l'événement, « mais ce n'est pas une raison pour ne pas commencer. Les résistances font partie de la vie de l'Église, mais on va avancer, il y aura des rencontres et des éléments de conversion ».
Le phénomène migratoire, au cœur de l'actualité, inquiète l'opinion publique, en Belgique et ailleurs. Il génère bien des peurs, des crispations, et également beaucoup d'idées fausses. Les orateurs invités par le Service pastoral des migrations (SPM) étaient donc là pour informer et nous aider à (faire) changer les regards sur les migrants. Mais aussi pour nous inviter à agir, notamment dans notre vie quotidienne. « Il ne faut pas en rester au stade des idées, il faut entrer dans le concret », insiste le vice-doyen Claude Musimar, responsable du SPM. « L'aide aux migrants, c'est l'affaire de tous, il faut conjuguer l'action à la première personne du singulier et du pluriel. »

Lire la suite...

La Libre -  Christian Laporte - Publié le mardi 21 novembre 2017 à 23h02 - Mis à jour le mercredi 22 novembre 2017 à 06h51

Ce mercredi après-midi au Residence Palace à Bruxelles, le Secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration, Theo Francken (N-VA) ainsi que Hilde Kieboom, la présidente de la Communauté de Sant’Egidio en Belgique et les représentants des cultes reconnus en Belgique - le cardinal De Kesel en tête - lanceront ensemble un projet exceptionnel de "Couloir humanitaire" visant à accueillir 150 réfugiés syriens dans des conditions optimales.

Lire la suite...

La Section Migrants & Réfugiés du Dicastère pour le Service du Développement Humain Intégral à défini 20 points d'action que les conférences épiscopales sont invitées à "utiliser, compléter et approfondir".

pdfTélécharger le document

"Une Eglise mobilisée avec et pour les migrants" - Journée de formation / Service Pastoral des Migrations - 28/11/17 à Mesvin de 09h30 à 17h00

affiche-formation-migrant-28-11-17-minUne journée qui veut mettre en lien Pastorale et Migration.
Une journée pour les Unités pastorales de notre diocèse qui se préparent ou ont déjà vécu une année de refondation.
Une journée pour prendre le temps de nous former, d'échanger et de réfléchir.
Une journée qui veut donner des pistes, des outils et des balsies ou réflexions sur cette problématique
Trois conférenciers vont guider nos réflexions :
  • Michel POULAIN, UCL, démogrpahe et statisticien
  • Jean-Yves CARLIER, UCL et ULg, spécialiste en droit des étrangers
  • Père CARLOS CAETANO, cs, directeur du Service National de la Pastorale des Migrants pour la Conférence épiscopale de France (CEF)
Nous souhaitons que chaque Unité Pastorale soit représentée par une ou deux personnes à cette journée. Le programme détaillé sera publié ultérieurement.
Bloquez déjà la date dans vos agendas : Mardi 28 novembre 2017 de 09h30 à 17h00 à la Maison diocésaine de Mesvin.
Pour vous inscrire : par mail à Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.  ou par téléphone au 0477 56 05 52
Bienvenue à tous !
pdfTélécharger l'affiche - jpgTélécharger l'affiche

Le JRS Belgium et l'Association des Anciens Elèves du Collège Saint-Michel organisent, en partenaariat avec le Centre Avec et l'Association des Parents du Collège, une grande conférence-débat animée par Paul Germain (TV5Monde).

empreinte-migration-minNous voulons donner à voir la complexité et l’importance du phénomène migratoire dans la naissance du monde à venir et avons invité à cet effet des orateurs de premier plan :
  • François De Smet (Myria) : Objectivation de la réalité de la migration en Belgique et en Europe
  • Claire Rodier (Directrice du Gisti et membre du réseau euro-africain Migreurop) : Considérations de géo-stratégie sur l’avenir de la migration
  • Pierre Vimont (Carnegie Europe) : La réponse politique européenne à la question migratoire
  • Baudouin Van Overstraeten (JRS Belgium) : La réponse des jésuites à la question des réfugiés et des migrants forcés
  • Johan Leman (Fondateur de Foyer ASBL) : L’impact sur les sociétés d’accueil
Possibilité de petite restauration à partir de 18h30 - L’association des Anciens Elèves vous offre le verre de l’amitié après la conférence.
EN SAVOIR +

Une célébration festive en rite Oriental Byzantin.
Belle dans la complexité de rites diversifiés.

La pluie hivernale n’a pas empêché des nombreuses personnes de faire le déplacement jusque Wasmes pour une liturgie avec les communautés ukrainiennes. Une liturgie pontificale en rite oriental (Byzantin) présidée par Mgr Boyrys Gudziak, évêque de l'éparchie Saint-Volodymyr-le-Grand dont font partie les Ukrainiens de rite oriental de notre diocèse et notre Evêque, Mgr Guy Harpigny, évêque de notre diocèse. Ils étaient entourés par les vicaires généraux des deux diocèses et des nombreux prêtres dont la majorité du rite oriental…
Cette journée festive nous a permis de vivre un temps de communion avec les Eglises de rite oriental. Comme le disait si bien Saint Jean- Paul, « L’Eglise doit respirer avec ses deux poumons ». Pourtant, nous sommes pour la plupart, des « handicapés » aux plans ecclésial et spirituel, dans la mesure où nous ne respirons qu'avec un seul poumon. Or, le christianisme en a deux ! Oui c’est vrai ce dimanche, l'Orient a requis dans notre diocèse une attention particulière.
Dans son mot Mgr Boris a tenu à remercier Mgr Guy Harpigny pour l’accueil unique d’il réserve aux trois prêtres qui travaillent parmi nous : les pères Adam Figurek, Ihor Nakonechnyy et Père Oleg Spodar.

Après la célébration, nous avons eu un beau temps de convivialité autour d’un repas festif et d’une animation musicale.

La cuisine tenue remarquablement par les femmes et les enfants des prêtres ukrainiens débordait de générosité.

Abbé Claude MUSIMAR,
Responsable du SPM

zipTélécharger les photos - En SAVOIR +

 La Faune* présente "Bienvenue ! Paroles de migrants" présenté la Cie La Tribouille

bienvenue-paroles-de-migrants-minMercredi 11 octobre à 20h (ouverture des portes à 19h) - 100 bis rue de Neuville à Mouscron (entrée par la "crèche Bamby), suivez la lumière au bout du chemin.... c'est là. Entrée : Prix libre (prix suggéré : 5 €) - Bar et petite restauration - Infos : 0488 / 34 24 50

Un duo voix-violoncelle. "Bienvenue ! Paroles de migrants" met en scène des paroles de migrants vivant dans des squats. À partir de ses mots recueillis, le duo voix / violoncelle des deux artistes agit tel un porte-voix. Dans ce dialogue apparaissent les traces d’instants de vies avec toutes leurs brutalités, leurs violences, leurs émotions, du souvenir du pays laissé à la vie au squat. Ces courts récits laissent émerger un besoin d’espérance, de reconnaissance. Ils prêtent une voix à ceux que l’on n’entend pas.
Le spectacle sera suivi d'un échange/débat avec le public - Durée : 50 minutes - Distribution : Comédien : Pierre ROBA - Musicien : Daniel TRUTET - Mise en scène : Pierre ROBA
*La Faune est un collectif composé de volontaires de tous horizons. La Faune s'inscrit dans le cadre d'un mouvement de jeunesse au sein d'un quartier populaire et frontalier à Mouscron et propose une programmation alternative de concerts, spectacles, soirées cinéma,... Au Risquons-Tout, les scouts débordent du cadre habituel pour vous faire vivre des soirées comme celle ci !

En savoir +     Teaser et Site de La Tribouille

Le CIEP-MOC, Solidarité Mondiale et le CNCD vous proposent une après-midi de formation pour vous approprier les enjeux et outils pédagogiques de la campagne " Justice migratoire ".
La question migratoire s’impose de plus en plus comme l’un des grands enjeux de notre société. Comment l’aborder en classe ? Notre mallette pédagogique sur la « justice migratoire » vise à vous y aider.
Les outils pédagogiques vous permettront de comprendre et d’expliquer le phénomène des migrations en sortant des préjugés et des approximations. Certains d’entre eux proposent d’analyser ensemble d’autres politiques migratoires possibles en donnant aux élèves la possibilité de réfléchir, d’argumenter, de construire des pistes futures.
mallette-min
 
Quand ? Mercredi 4 octobre 2017 de 13h30 à 16h30.
Où ? "Notre Maison" (bâtiment CSC), avenue des Etats-Unis, 10 à Tournai
INSCRIPTION OBLIGATOIRE
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.  ou 069 / 880 762 ou 0471 / 82 28 37
pdfTélécharger l'affiche

Le 22 septembre 2017, le pape François s'est adressé aux directeurs nationaux de la Pastorale des Migrants lors de la rencontre organisée par le Conseil des Conférences Episcopales d'Europe (CCEE) (Rome, 21-23/09/2017).

Chers frères et sœurs,

sgkjnJe vous accueille avec joie à l'occasion de votre rencontre et je remercie le cardinal président pour les paroles qu'il m'a adressées en votre nom à tous. Je veux vous remercier de tout cœur pour votre engagement, ces dernières années, en faveur de tous nos frères et sœurs migrants et réfugiés qui frappent aux portes de l'Europe à la recherche d'un lieu plus sûr et d'une vie plus digne.
Devant les flux migratoires massifs, complexes et variés, qui ont remis en cause les politiques migratoires adoptées jusque là et les instruments de protection établis par des conventions internationales, l'Église entend rester fidèle à sa mission : celle d' « aimer Jésus-Christ, l'adorer et l'aimer, en particulier dans les plus pauvres et abandonnés ; les migrants et les réfugiés font certainement partie de ceux-ci » (Message pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié 2015 : Enseignements II,2 (2014), 200).
L'amour maternel de l'Église envers ces frères et sœurs demande de se manifester concrètement dans toutes les phases de l'expérience migratoire, du départ au voyage, de l'arrivée au retour, de sorte que toutes les réalités ecclésiales locales situées le long du trajet soient protagonistes de l'unique mission, chacune selon ses possibilités. Reconnaître et servir le Seigneur dans ces membres de son « peuple en chemin » est une responsabilité qui est commune à toutes les Églises particulières dans le déploiement d'un engagement constant, coordonné et efficace.
Chers frères et sœurs, je ne vous cache pas ma préoccupation devant les signes d'intolérance, de discrimination et de xénophobie que l'on rencontre dans diverses régions d'Europe. Ils sont souvent motivées par la méfiance et par la crainte de l'autre, celui qui est différent, l'étranger. Je suis encore plus préoccupé par la triste constatation que nos communautés catholique en Europe ne sont pas exemptes de ces réactions de défense et de rejet, justifiées par un « devoir moral » de conserver leur identité culturelle et religieuse d'origine qui n'est pas meilleur. L'Église s'est diffusée sur tous les continents grâce à la « migration » de missionnaires qui étaient convaincus de l'universalité du message de salut de Jésus-Christ, destiné aux hommes et aux femmes de toute culture. Dans l'histoire de l'Église, les tentations d'exclusivisme et de retranchement culturel n'ont pas manqué, mais l'Esprit Saint nous a toujours aidés à les surmonter, garantissant une ouverture constante envers l'autre, considérée comme une possibilité concrète de croissance et d'enrichissement.
L'Esprit, j'en suis certain, nous aide encore aujourd'hui à conserver une attitude d'ouverture confiante qui permet de dépasser toute barrière, de franchir tout mur.
Dans mon écoute constante des Églises particulières en Europe, j'ai perçu un profond malaise devant l'arrivée massive de migrants et de réfugiés. Un tel malaise doit être reconnu et compris à la lumière d'un moment historique marqué par la crise économique, qui a laissé des blessures profondes. En outre, ce malaise a été aggravé par la portée et la composition des flux migratoires, par un manque de préparation substantielle des sociétés d'accueil et par des politiques nationales et communautaires souvent inadéquates. Mais le malaise est aussi indicateur des limites des processus d'unification européenne, des obstacles auxquels doit se confronter l'application concrète de l'universalité des droits humains, des murs contre lesquels se heurte l'humanisme intégral qui constitue un des plus beaux fruits de la civilisation européenne. Et pour les chrétiens, il faut interpréter tout cela, au-delà de l'immanentisme laïc, dans la logique du caractère central de la personne humaine créée unique et irremplaçable par Dieu.
Dans une perspective purement ecclésiologique, l'arrivée de tant de frères et sœurs dans la foi offre aux Églises en Europe une opportunité supplémentaire de réaliser pleinement leur catholicité, élément constitutif de l'Église que nous confessons tous les dimanches dans le Credo. D'ailleurs, ces dernières années, beaucoup d'Églises particulières en Europe ont été enrichies de la présence de migrants catholiques qui ont apporté leurs dévotions et leur enthousiasme liturgique et apostolique.
Dans une perspective missiologique, les flux migratoires contemporains constituent une nouvelle « frontière » missionnaire, une occasion privilégiée d'annoncer Jésus-Christ et son Évangile sans quitter son environnement, de témoigner concrètement de la foi chrétienne dans la charité et dans un profond respect des autres expressions religieuses. La rencontre avec les migrants et les réfugiés d'autres confessions et religions est un terrain fécond pour le développement d'un dialogue œcuménique et interreligieux sincère et enrichissant.
Dans mon Message pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié de l'année prochaine, j'ai souligné combien la réponse pastorale aux défis migratoires contemporains devait s'articuler autour de quatre verbes : accueillir, protéger, promouvoir et intégrer. Le verbe accueillir se traduit ensuite en d'autres verbes tels que développer les voies d'entrée légales et sûres, offrir un premier hébergement adéquat et digne et assurer à tous la sécurité personnelle et l'accès aux services de base. Le verbe protéger se décline en : offrir des informations sûres et certifiées avant le départ, défendre les droits fondamentaux des migrants et réfugiés indépendamment de leur statut migratoire et veiller sur les plus vulnérables que sont les enfants. Promouvoir signifie essentiellement garantir les conditions pour le développement humain intégral de tous, migrants et autochtones. Le verbe intégrer se traduit en : ouvrir des espaces de rencontre interculturelle, favoriser l'enrichissement réciproque et promouvoir des parcours de citoyenneté active.
Dans ce même Message, j'ai souligné l'importance des Pactes mondiaux que les États se sont engagés à rédiger et à approuver d'ici la fin 2018. La Section Migrants et Réfugiés du dicastère pour le Service du développement humain intégral a préparé 20 points d'action que les Églises locales sont invitées à utiliser, compléter et approfondir dans leur pastorale : ces points sont fondés sur les « bonnes pratiques » qui caractérisent la réponse tangible de l'Église aux besoins des migrants et des réfugiés. Les mêmes points sont utiles pour le dialogue que les diverses institutions ecclésiales peuvent avoir avec les gouvernements respectifs en vue des Pactes mondiaux. Je vous invite, chers directeurs, à connaître ces points et à les promouvoir dans vos Conférences épiscopales.
Les mêmes points d'action forment aussi un paradigme articulé par les quatre verbes déjà mentionnés, paradigme qui pourrait servir de critère d'étude ou de vérification des pratiques pastorales qui existent dans les Églises locales, en vue d'une mise à jour toujours opportune et enrichissante. Que la communion dans la réflexion et dans l'action soit votre force parce que, quand on est seul, les obstacles semblent beaucoup plus grands. Que votre voix soit toujours opportune et prophétique et surtout qu'elle soit précédée d'un agir cohérent et inspiré des principes de la doctrine chrétienne.
Vous renouvelant mes remerciements pour votre grand engagement dans le domaine d'une pastorale migratoire aussi complexe que brûlante d'actualité, je vous assure de ma prière. Et vous aussi, s'il vous plaît, n'oubliez pas de prier pour moi.
© Traduction de ZENIT, Hélène Ginabat
chemin-reflexionPourquoi migre-t-on ? Où vont ces personnes qui quittent leur village, leur maison ? Quelles sont leurs routes ? Ces questions seront le point de départ d’une formation visant à se saisir de la complexité du phénomène migratoire pour mieux visualiser et comprendre une réalité qui fait partie de l’Histoire et nous interpelle au quotidien. Cartes, schémas et témoignages à l’appui, les formateurs de Caritas International et Justice et Paix apporteront leur expertise sur le sujet.
Partant d’une approche globale, la formation présentera également deux cas d’étude : l’exploitation des ressources naturelles comme cause importante de dégradation des conditions de vie, provoquant conflits et migrations ; et la Belgique comme terre d’accueil pour les réfugiés internationaux. En alternant exposés et ateliers participatifs, cette formation apportera un contenu renseigné, des outils pédagogiques variés, ainsi que des grilles de lecture pertinentes pour aborder la question des migrations.
Cette formation est destinée à des professeurs et animateurs qui souhaitent développer la question des migrations avec des élèves ou des jeunes, mais aussi aux citoyens désireux de disposer d’informations sérieuse à ce sujet. Le mardi 22 Août 2017 de 9h00 à 16h30 - Rue de la Charité n°43, 1210 Bruxelles
Renseignements complémentaires et inscriptions
memoire-de-missionnaires-minLa Trois diffuse ce jeudi 27 juillet le tendre portrait « Mémoire des missionnaires » de quatre missionnaires belges au Congo.
La démarche de la journaliste et cinématographe bruxelloise Delphine Wil (nom d’artiste de Delphine Wilputte) partait à l’origine d’une recherche de ses propres origines familiales. Son grand-père Félix Marcel était Père mariste mais il avait quitté les ordres après quelques années en Afrique pour épouser une jeune femme congolaise. La force du documentaire de Delphine Wil est qu’il retrace quatre parcours totalement différents: du Père jésuite André Folon (aujourd’hui décédé) qui est resté ancré dans un certain paternalisme, en passant par la loyauté critique du Père blanc Dries Fransen et les souvenirs nostalgiques de l’ancien Scheutiste Pieter Gerits, désormais heureux père de famille dans le Brabant flamand , à la joie-de-vivre de l’ancien Picpus Gérard Blanchy, qui a ramené l’amour de sa vie du Congo et est devenu pleinement Africain à la peau blanche.
En savoir +
taize-logoParmi les programmes proposés à Taizé cet été, il y aura du 16 au 23 juillet une semaine de réflexion autour du thème des migrations. Ce programme s’adresse plus spécialement aux jeunes de 18 à 35 ans ayant un intérêt ou un engagement dans l’accueil et l’accompagnement des migrants, réfugiés, exilés. Cette idée est née d’une rencontre à Rome avec l’équipe chargée par le Pape François de coordonner l’implication de l’Église catholique auprès des migrants.
Le programme inclut des ateliers animés par des jeunes réfugiés vivant en Europe, des rencontres avec des experts ou des témoins engagés, des temps d’échange et de partage, un goûter international. Parmi les intervenants ayant confirmé leur présence, on peut citer Pascal Brice, directeur de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA) à Paris, Catherine Wihtol de Wenden (France), directrice de recherche émérite au CNRS, le Père Michael Czerny de la Section pour les Migrants et Réfugiés au Vatican, l’archevêque d’York, John Sentamu et les représentants de divers mouvements et organisations engagés dans l’accompagnement des migrants.
pdfTélécharger le programme de la semaine de réflexion
Ce vendredi 14 juillet 2017 à partir de 18h00, dans le jardin de la cure de St-Lambert à Courcelles-Petit (140, rue du 28 Juin), l'Unité Pastorale de Courcelles a accueilli les personnes des différentes nationalités qui sont ici chez nous. Nous avons partagé un beau moment de convivialité avec les familles venues d'ailleurs.
Chaque personne ou famille est venue à cette rencontre avec une dégustation typique de son pays. L'activité s'est déroulée dans une belle ambiance conviviale pour permettre aux différentes personnes qui fréquentes nos églises de prendre le temps de mieux se connaître.
Le moment le plus fort de notre soirée fut la projection et les récits des paroissiens qui sont venus d'ALEP (Syrie). Ils nous ont montré les photos d'Alep d'hier (avant la guerre) et d'aujourd'hui. Les paroissiens ont regardé ses images avec émotion et ont décidé d'aller plus loin dans l'esprit de cette première rencontre.
Nous n'avons pas pu partager avec toutes les personnes venues d'ailleurs présentes leurs différents récits et parcours. Cette rencontre a permis aux différentes personnes présentes de se regarder autrement comme de nos frères et sœurs, de mieux se connaître et de mieux vivre la fraternité chrétienne.
Oui, il est beau pour des frères et des soeurs d'être ensemble, de cheminer ensemble ! 

>> Voir les photos et les vidéos <<
Madame, Monsieur
Concerne : FOCUS CONGO
La République Démocratique du Congo fête le jeudi 30 juin l’anniversaire de son accession à l’indépendance. C’est l’occasion pour le Centre Régional d’Intégration de Charleroi et ses partenaires de proposer deux événements qui mettent à l’honneur ce pays.
  • Une Masterclass : La colonisation dans le cinéma belge des 30 dernières années, un tabou ?
Samedi 10 juin à 17h00 au Quai 10 - salle Le Parc, Rue de Montigny 58 – 6000 Charleroi . Le CRIC offre 100 places !!
Premiers inscrits, premiers servis !!
  • Une conférence : Clés pour comprendre la situation politique en République Démocratique du Congo. Avec Japhet Anafak et Bob KABAMBA
Mercredi 28 juin à 17h30 à la Salle « Le Foyer », rue Hanoteau 23 – 6060 Gilly. Il s’ensuivra une dégustation de spécialités africaines !!
Pour plus d'informations, cliquer ICI
D’un point de vue organisationnel, il est impératif de réserver vos places au préalable soit par mail Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. , soit par téléphone : 071/20.98.60. (merci de mentionner le type d’activité dans l’objet de votre mail).
Dans l’attente du plaisir de vous accueillir prochainement, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, à nos sentiments les meilleurs.
Le Directeur, Thierry TOURNOY.
La Présidente, Véronique SALVI.

Focus-Congo

En ce mois de juin 2017, la grande famille de la communauté Philippine en Hainaut a vécu un moment particulier. Ils sont nombreux, à majorité infirmiers et infirmières, venus en Belgique pour travailler dans le domaine médical.

Une fois l’an, ils se réunissent autour d’un repas festif pour alimenter leurs liens de fraternité. Cette année, d’une manière toute particulière, ils ont eu un réel plaisir d’accueillir parmi eux, le Père Roxie ROFLO, Prêtre Philippin de la communauté des Pères Barnabites de Strépy. Membre du Service pastoral des migrations, Le père Roxie a été accompagné de L’Abbé Claude MUSIMAR, responsable diocésain du SPM et de Carine Ntela, Animatrice en pastorale pour le service pastoral des migrations.

Ce fut pour nous une occasion de rencontrer cette communauté pour réfléchir ensemble sur leur accompagnement spirituel dans le diocèse. Le père Roxie, qui est bien disposé à en assurer l’aumônerie, leur a adressé le message du service pastoral des migrations : les compter parmi les communautés existantes et structurées dans le diocèse. Unanimement, ils ont marqué leur accord et exprimé la joie de bénéficier de ce souci que le diocèse porte sur l’accompagnement des Migrants.


zipTélécharger les photos

Chaque année, Mgr Harpigny vient à l'église de la Ville Basse célébrer la messe interculturelle. L'eucharistie du dimanche 18 juin a été précédée d'une causerie de l'Evêque sur l'interculturalité. Et à l'heure des cadeaux, il y avait une surprise...

La fidélité de Mgr Harpigny aux communautés « venues d'ailleurs » basées à Charleroi ne se dément pas. Depuis le lancement de la messe aux couleurs africaines, voici plus de dix ans, il vient une fois l'an présider cette eucharistie qui est célébrée chaque dimanche soir en l'église de la Ville-Basse à Charleroi.
Rebaptisée « messe interculturelle aux couleurs africaines », cette célébration accueillait donc l'Evêque en ce dimanche 18 juin 2017. Mais pour cette visite importante, les communautés africaines carolorégiennes avaient voulu mettre les petits plats dans les grands. Les organisateurs avaient donc demandé à Mgr Harpigny de donner avant la messe une causerie sur l'interculturalité.

Que chacun puisse exprimer sa propre foi

Après une mise en perspective historique du diocèse de Tournai, l'Evêque s'est penché sur Charleroi, lieu de rencontre tout particulier pour l'interculturalité. La région a en effet toujours été une plaque tournante pour les différentes nationalités, sur le plan social et politique mais aussi religieux. On a ainsi vu arriver successivement des Italiens et des Polonais – pour ne citer que ceux-là – avant que ne viennent des Africains. Et il est important que chacun puisse exprimer sa foi dans le contexte belge. C'est dans cette perspective qu'il faut situer la création de la Maison africaine, située à Gilly, et cette messe du dimanche soir à Charleroi. Après un temps de questions-réponses, ce fut le moment de l'eucharistie, concélébrée par une vingtaine de prêtres, dont une quinzaine d'Africains. Et cette messe mérite toujours bien son qualificatif de colorée : la chorale, les acolytes, la procession des offrandes... Et en finale il y eut une « procession des cadeaux » pour l'Evêque. Un présent est à souligner : le portrait de Mgr Harpigny, peint par un artiste de la région. La journée pouvait alors se poursuivre et se terminer, toujours aux couleurs de l'arc-en-ciel avec des plats venus de différents pays.

zipTélécharger les photos

L'Administration Communale de Courcelles et ses partenaires ont le plaisir de vous inviter aux différentes festivités organisées à l'occasion des 150 ans d'ouverture et 50 ans de fermeture du site emblématique de Souvret "LE PUITS N°6 PERIER"

Puits-Perier-invitation

Lire la suite...

Le samedi, elle a effectué un déplacement à Leers Nord pour chanter la Messe d’anniversaire du vicaire de la place, l’abbé Adélard qui célébrait ses 45 ans de naissance. Monsieur l’abbé est l’initiateur de cette chorale. La célébration a connu une forte participation et la chorale a su être à la hauteur. Les chrétiens ont vécu une procession évangéliaire, accompagnée d’un chant local en français et une procession des offrandes. La préface a été chantée en Kiyombe de la RDC. Voici quelques petites vidéos (Offrandes - Préface - Rite de paix)

Le dimanche, elle a été appelée à animer une célébration œcuménique à Tournai à l’occasion de la journée des partenaires. L’abbé Etienne Mayence a fait une belle homélie et le père Nakonechnyy Ihor aumônier de la communauté ukrainienne du Hainaut Occidentale a joué du violon. La chorale a très bien animé en faisant chanter toute l’assistance. Elle avance petit à petit vers des performances que nous attendons d’elle.
communate-polonaise-min
 
Le samedi 13 mai 2017, nous sommes invités à la grande procession. Elle sera suivie de l'eucharistie à 12h00 et d'un repas festif à la fin de la célébration.

>> Voir les photos <<

carine-ntela-minCarine NTELA MUNDONI

Née d'une famille chrétienne de 6 enfants, Carine est en Belgique depuis le mois de janvier 2016. En Belgique, elle a vécu son expérience de migration dans un centre d’accueil en Wallonie.
Comme elle l’écrit si bien: « le passage dans un centre de demandeur d’asile, m’a affermi dans ma foi. Ce fut une expérience de négation quasi-totale de la dignité humaine et de reconstruction lente d’une vie, comme un feu qui se mourait sous la cendre et qui s’est rallumé lentement. Ce cheminement parsemé d’embuches extérieures comme un chemin de croix, aura été finalement une épreuve de foi. Je crois avoir grandi dans ma foi. J’aimerais tant accompagner d’autres dans ce cheminement intérieur de découverte de soi et d’ouverture à l’espérance. »
Voilà qui sous-tend sa ferme volonté de s’engager avec enthousiasme et dynamisme au service pastoral des migrations. Une pastorale d’accueil et de communion entre les peuples ; une pastorale affrontée aux grands défis de la société.
Ses coordonnées :

GSM : 0477 / 56 05 52 - Email : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

assises-citoyennes-rectoAssises citoyennes sur les migrations ?
Une large coalition d’organisations de la société civile (à l’initiative du CNCD-11.11.11, du CIRE, D’Amnesty international et de Médecins du Monde) a décidé de se mobiliser collectivement face aux politiques migratoires actuelles et aux situations que vivent quotidiennement et depuis trop longtemps, des milliers de personnes migrantes. Le constat est sans équivoque : persistance des inégalités Nord-Sud, accords européens et bilatéraux signés en dehors de tout respect du droit international et contrôle parlementaire, violences et morts aux frontières, diminution de la protection des personnes fuyant les guerres et persécutions, montée du discours anti-migration et repli sur soi des populations européennes…
Il faut donc agir sur le moyen terme. Notre objectif est - d’une part - d’informer et de stopper le développement des accords qui demandent à des pays du Sud de gérer, de façon restrictive et non respectueuses des droits, le contrôle des frontières européennes, - d’autre part - de porter une proposition positive sur les politiques migratoires garantissant, entre autres, le respect du droit d’asile pour toute personne fuyant les persécutions et les guerres.
Dans ce cadre-là, cette large coalition organise dans chaque province des « Assises citoyennes des migrations », qui déboucheront chaque fois sur une déclaration. Celles-ci seront mises en commun et donneront naissance à une déclaration finale à Bruxelles. Le but ? Construire ensemble, avec les citoyen.ne.s, une autre approche des migrations basée sur le respect et l’égalité des droits de chacun. Dans le Hainaut, l’initiative est portée par Amnesty international, le CEPAG/Borinage 2000, le CeRAIC, le Ciep, le CIMB, le CIRE, le CNCD-11.11.11, le CRIC, la CSC Mons-La Louvière, Entraide et Fraternité, le groupe de Soutien aux Sans-papiers/Mons, IDE, les Jeunes FGTB, le MOC, le Mundaneum, Picardie Laïque, Solidarité mondiale, Vie Féminine et le Village du Monde.

Lire la suite...

Le dimanche de la Divine Miséricorde était célébré dans la joie.
Petite chapelle accueillante construite par les mineurs vers les années 60, la Chapelle fut le lieu où pendant plus de 20 ans, Padre Amerio rassemblait les personnes qui voulaient vivre des célébrations animées en italien.

Ce lieu de ressourcement est aussi lieu de convivialité, d'accueil reciproque. Oui continuons ensemble les activités qui tenaient tant à coeur Padre Amerio, inscrivons-nous au pélérinage à Banneux le lundi de la Pentecôte.


zipTélécharger les photos - pdfTélécharger l'inscription pour le pèlerinage à Banneux
la-catastrofa-quand-dieu-fait-oreille-de-marchand-affiche-minCe spectacle interdisciplinaire allie musique, texte et création vidéo. Le thème premier est celui de la migration, à travers le récit d’un mineur italien venu en Belgique travailler dans les charbonnages. Son histoire exceptionnelle, racontée à la première personne (un récit de vie), et liée à la catastrophe du Bois du Cazier, nous transporte dans les ténèbres de la mémoire, de la peur, de l’exil, mais aussi dans les lumières de l’amour. Le coeur du récit se concentre autour de l’histoire de Giovanni, un jeune berger sicilien devenu mineur en Belgique. Il tombe amoureux de Jeannine (Giannine), une jeune fille de Marcinelle de 17 ans, dont le papa est gendarme. Celui-ci s’oppose à leur union « quoi, il n’y avait pas assez de jeunes belges pour que tu ailles choisir un macaroni ? ». Le destin en décidera autrement, Giovanni explique qu’il a deux coeurs dans la poitrine (réellement): un pour rire et un pour pleurer, et les deux pour aimer « Giannine ». 

En savoir +

pdfTélécharger l'affiche

Un reportage intéressant, qui présente notamment la Maison Africaine de Fleurus